LE SIDA ET LES MALADIES SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES

 

Parce que, depuis presque 20 ans, le sida ravage encore ; parce que, selon les dernières données nationales, une contamination survient toutes les 2 heures et atteint environ 6000 personnes par an en France ; parce que les MST, évoluent, résistent aux traitements et sont en forte hausse chez tous les groupes sexuels ; parce que les traitements n'empêchent pas la contamination à l'une ou l'autre maladie, il paraît nécessaire, au risque de vous blaser, de vous informer sur les risques liés au sexe. Oui, certains n'aiment pas le préservatif mais ce bout de latex est l'un des seuls remparts pour se protéger et protéger les autres, amis, amants, copines, coups d'un soir.


Chacun se doit d'être responsable de sa vie et de respecter celle des autres.

LE SIDA…..CA NE T ARRIVERA PAS ? ALORS LIS LES MODES DE TRANSMISSION

 

 

 

LE PRESERVATIF – CAPOTE – CONDOM  etc…

Constitué de latex ( matière naturelle), il faut l'utiliser mais attention, 2 éléments sont important :
- Sa date limite d'utilisation ( un préservatif est conçu pour 5 ans) ; cette date est toujours mentionnée sur l'emballage en contact direct, pas sur la pochette de protection et de mode d'emploi obligatoirement distribuée ( la présence de schémas est faite pour les analphabètes, et oui, en France !)
- Il doit être certifié conforme aux normes françaises et européennes et porter le logo NF ou CE. Ces normes sont les plus sûres du monde alors, si vous partez en voyage, n'oubliez pas d'emmener quelques pièces.
Trop de boutiques à gadgets vendent (elles en sont libres) des préservatifs fantaisistes, en couleur ou acidulés etc. non conformes => utilisation interdite.
Pour une bonne conservation, il ne faut pas laisser cet outil au soleil, au fond d'une poche, dans un portefeuille ( cela risque d'abimer la protection en papier aluminé et le latex aussi).
Ou en acheter ? : dans les pharmacies, les supermarchés, les distributeurs automatiques que l'on retrouvent dans certains bars et restaurants, par correspondance et dans les sex-shop. Plusieurs associations et structures institutionnelles les diffusent gratuitement et des tournées, dans les grandes villes, sont organisées.
Pour un meilleur confort, l'emploi d'un gel à base d'eau, que se soit pour un rapport homo ou hétéro, est recommandé. L'emploi d'une matière grasse est proscrit car les corps gras rendent le latex poreux donc exit le beurre, l'huile, la crème pour les mains...
Petits conseils :
Vous pouvez mettre une goutte de lubrifiant non gras à l'intérieur du préservatif, cela évitera une certaine chauffe ou un craquement. Un préservatif est à usage unique, aussi, un fois utilisé, il faut le retirer prprement, le nouer et le jeter à la poubelle ( pas dans la fosse sceptique car risque de bouchon dans les tuyaux !) N'hésitez pas à les tester avant l'acte !
Gels en vente en pharmacie : Bartoline, Hyalomiel, Hydragel, K-Y, Premicia, Sensilube, Sensital, Taïdo, Try
En grande surface : Hansaplast, Vendôme
Par correspondance et dans les sex shop : Bartoline, Forplay, Gel Elbow, Grease ( pas les crèmes ), Gel Sex Line ( pas la crème )

 

IL SE TRANSMET COMMENT LE SIDA, M’SIEUR ??

Modes de transmission

Par les relations sexuelles

Que se soit par les relations hétéro ou homosexuelles, les chemins d'entrée du virus HIV sont les mêmes : les orifices naturelles Les vecteurs sont : Le liquide pré sperminale, le sperme chez l'homme. Les secrètations vaginales (la mouille) chez la femme.

Par le sang

Le virus peut être transmis lors des transfusions et lors des échanges de seringues entre personnes droguées.

De la mère à l'enfant

Lors de la gestation, le foetus baigne dans le liquide amniotique de la mère, si cette dernière est contaminée, le nouveau né peut être contaminé à la naissance. D'énormes progrès thérapeutiques, depuis l'apparition du virus , font qu'aujourd'hui, les bébés ont une chance moindre de vivre séropositifs.

L'infection

L'infection amène l'organisme à un stade intermédiaire : la séropositivité
Elle est décelable par une série de 2 tests utilisés : Le 1er est ELISA, si un résultat positif apparaît, une confirmation est apportée par le test de WESTERN-BLOT. Le test de dépistage se fait par une simple prise de sang, à jeun ou pas.
Le délai de référence reste à 3 mois mais nous verrons plus loin les tests intermédiaires en cas de prise de risque.
Le stade de séropositivité : auparavant, être séropo, c'était attendre la mort. Aujourd'hui, c'est prévenir et se soigner (les traitements)
• Où faire un test ?
- Dans un laboratoire d'analyse médicale sur prescription d'un médecin ; le résultat est disponible après 2 jours en moyenne et est remboursé par la Sécurité Sociale ( en France)
- Dans un Centre de Dépistage Anonyme et Gratuit (CDAG)
 
L'accueil y est anonyme, un médecin vous reçoit pour étudier votre parcours puis intervient une prise de sang ; le résultat vous est transmis une semaine après.

• Le résultat
Que l'on soit séropo ou séronégatif, il faudra toujours se protéger.

Les pratiques à risques

La sodomie

Mode majeur car les muqueuses anales sont fragiles et très perméables. Elles laissent passer facilement car elles ont un rôle physiologique important chez tout être vivant. L'emploi du préservatif est donc le seul moyen de se prémunir du virus HIV ainsi que de certaines MST.
La fellation

8 cas de transmission par ce type de pratique sexuelle viennent d'être démontrés par des scientifiques américains ; en effet, "tailler une pipe" présente un risque surtout si le partenaire agissant présente des saignements de gencives. Le liquide présperminale, comme la salive, contient une petite concentration de particules VIH et pourrait transmettre le virus. Si l'on craint un risque, l'utilisation de préservatifs lubrifiés ou non pour un usage unique (on trouve maintenant des préservatifs aromatisés)
Le fist-fucking

Pratique demandant beaucoup de calme, elle ne présente pas de risque si la main pénétrante est saine ; l'utilisation d'un gant en latex et de lubrifiant pour une sodomie future évitera tout risque de déchirure et de saignement.
L'annulingus

Le risque de contamination VIH est très faible mais si cette pratique intervient après un FF, il faut faire attention à des lésions comme les hémorroïdes et autres irritations. Il ne faut aussi pas oublier qu'en léchant le cul, on peut être contaminé par d'autres germes plus ou moins graves comme l'hépatite B.
Le cunnilingus

Pratiquée entre femmes ou par un couple hétérosexuel, le risque de transmission existe car le lubrifiant naturelle des muqueuses vaginales est très contaminant ; l'utilisation d'une digue dentaire s'impose.

Démarche à suivre en cas d'une prise de risque (ou risque de primo-infection)

Traitement prophylactique

Depuis 1998 existe le traitement prophylactique post exposition. De quoi s'agit-il ?
Il s'agit d'une association d'antirétroviraux, donnée à une personne non infectée qui a pu être exposée au VIH. Ce traitement a pour but d'éviter l'infection. Mais il doit être prescrit rapidement après la prise de risque et, au plus tard, dans les quarante-huit heures. Le traitement est prescrit pour quarante-huit heures puis, lors d'une deuxième consultation, pour quinze jours.
Au 15 e jour, une nouvelle visite permet d'observer la tolérance clinique et biologique du traitement. Le médecin vous suivra jusqu'au moment où il sera possible d'avoir la certitude que vous êtes ou non atteint(e) par le VIH. On parle alors de diagnostic au premier stade de l'infection (la primo-infection).
À partir du 21 e jour (en moyenne) après la contamination, la détection des anticorps produits par l'organisme en réaction au virus devient possible chez la plupart des personnes atteintes.
Selon les situations, les tests utilisés pour le dépistage précoce sont la mesure de l'antigénémie-p24, la mesure de la charge virale, la recherche des anticorps par les tests Elisa et Western Blot.

Modes de prévention

Masculins

Féminins

Le préservatif : constitué de latex, il doit être à la norme CE, est emballé sous la forme d'un carré ou d'un rectangle, ; il est toujours distribué avec un mode d'emploi. Il existe des tailles variables et des épaisseurs étudiées pour un maximum de confort. ( liste des préservatifs distribués et vendus en France ) L'abstinence (!)

Le préservatif féminin ( Femidon ) : distribué depuis peu en France, constitué de polyuréthane, le préservatif féminin est disponible dans les plannings familiaux de France. + la digue dentaire, vendue en pharmacie, pour les relations langue - anus et langue - organes génitaux féminins.

 

Mais Euh…. Le SIDA  C’ EST QUOI ?

 

 

Acronyme de Syndrome d'Immuno-Déficience Acquis

Les premiers cas de sida sont apparus en 1981. Le nom SIDA sera donné en 1982. Cette maladie, difficilement maitrisée à son apparition, est dûe à un virus ou plus exactement à un rétrovirus. Un français, le Professeur Luc Montagnier, découvre un virus en 1983, le HIV I - En 1985, un second virus sera découvert, nommé VIH -2, il est surtout présent en Afrique de l'Ouest.

Le sida correspond au stade avancé de l'infection par le VIH, une personne qui a atteint le stade Sida doit avoir déclaré une des 27 pathologies reconnues comme étant caractèristiques du sida, soit qu'elle a un taux de lymphocytes T1 inférieur à 200/mm3.

Actions du virus

Il infecte en particulier les lymphocytes CD4 qui sont des cellules du système immunitaire ( système de défense naturelle de l'organisme contre les agressions des bactéries, des parasites, des champignons et des virus). Reproduit à grande échelle via les CD4, cela entraine un affaiblissement du système immunitaire qui ne peut plus défendre le corps contre la survenue des certaines infections et tumeurs. Il est important de dire qu'entre une contamination par le virus et le stade sida, il existe un stade particulier : la séropositivité.

Situation de l'épidémie dans le monde

(Statistiques d'ONUSIDA, le programme des Nations Unies sur le Sida)

Tableau récapitulatif de l'épidémie d'infection à VIH-SIDA dans le monde (12/99)

Nouveaux cas d'infection au VIH en 1999

Total

5,6 millions

Adultes

5 millions

dont Femmes

2,3 millions

millions Enfants <15 ans

470 000

 

Nombre de personnes vivant avec le Vih-Sida

Total

33,6 millions

Adultes

32,4 millions

dont Femmes

14,8 millions

millions Enfants <15 ans

1,2 millions

 

Décès dus au SIDA en 1999

Total

2,6 millions

Adultes

2,1 millions

dont Femmes

1,1 millions

millions Enfants <15 ans

470 000

 

Nombre total de décès dus au sida depuis le début de l'épidémie

Total

16,3 millions

Adultes

12,7 millions

dont Femmes

6,2 millions

millions Enfants <15 ans

3,6 millions

L'épidémie de SIDA au 21ème siècle - un gouffre se creuse...

Alors que s'achève le 20ème siècle, quelque 33,6 millions d'hommes, de femmes et d'enfants ont devant eux un avenir dominé par une maladie mortelle encore inconnue il y a quelques décennies. D'après les nouvelles estimations du Programme commun des Nations Unies sur le VIH/SIDA (ONUSIDA) et de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), 32,4 millions d'adultes et 1,2 million d'enfants vivront avec le VIH d'ici à la fin de 1999.

Ces chiffres semblent correspondre à une augmentation relativement faible par rapport au total mondial des infections à VIH à la fin de 1998. Mais l'augmentation réelle est plus importante. L'amélioration de la surveillance indique aujourd'hui que le nombre des infections annoncé en 1998 dans plusieurs pays très peuplés de l'Amérique latine et de l'Asie était surestimé. En France, chaque année, 6000 nouveaux cas de contaminations apparaissent.

 ET Y A PAS QUE LE SIDA, KHAY…………

 

 

Les Maladies sexuellement transmissibles

Si on ne se protège pas, on peut être contaminé par le virus du sida mais aussi par d'autres pathologies parfois chroniques. Depuis plusieurs mois, on constate une recrudescence de maladies se soignant plus ou moins bien.

Des signes :
• La fatigue :
Elle peut être fréquente lors de l'infection par certains virus ( hépatites, VIH, herpès) et s'accompagner de fièvres, troubles digestifs comme pour une grippe. Bien sûr, une MST ne s'attrape pas comme un rhume : vous devez prêter attention à ces signes quand ils apparaissent dans les semaines ou les mois qui suivent un rapport sexuel avec un partenaire nouveau ou occasionnel.
• Suintements et écoulements :
Cela peut être une simple goutte translucide qui s'écoule le matin ( urétrite chronique) à un écoulement de pus jaune du bout du sexe accompagné de vives brûlures en urinant => urétrite aiguë = chaude pisse , infection très contagieuse Tout suintement, plus ou moins claire, chronique ou non au niveau du sexe ou de l'anus, doit être pris au sérieux.
• Des excroissances :
Comme sur le gland ou autour de l'anus ou du vagin, des verrues blanc-rosé peuvent apparaître, grosses de quelques millimètres et indolores, on appelle ces verrues " crêtes de coq " ou " condylomes accuminés ". ; très contagieux, ces excroissances na partent pas toutes seules (traitement chirurgical en majorité).
• Des brulures en urinant, pas nécessairement une MST mais il vaut mieux consulter un médecin.
• Des démangeaisons :
Elles indiquent un degré d'infection soit par des parasites ou des agents infectieux : les fameux morpions ( sur les poils), la gale ( petits sillons incrustés sous la peau) ou des mycoses.
• Des difficultés de cicatrisation :
Une petite plaie qui reste en l'état ou qui ulcère, arrondie ou ovale, ferme à la palpation, rouge et suintante indique un risque de chancre. N'attendez pas pour consulter.

Pas de signe :
Certaines maladies sont asymptomatiques, on ne voit rien, on ne sent rien mais la maladie est là => l'absence de signe n'autorise pas l'abandon des précautions. (cas des clamydiae pouvant rendre une femme stérile).

 

 

Les Hépatites

On connaît plusieurs types : la A, la B, la C, la D
Ici, on parlera de la B, celle pouvant être transmise par relation sexuelle et par l'utilisation de seingues pour se droguer.
L'hépatite B est causée par un virus, elle peut disparaître au cours de la vie mais elle peut peut entrainer des pathologies graves : hépatites chroniques ou fulminantes.

• Comment elle s'attrape ?
Par le partage de seringues, de brosses à dent, de rasoirs avec une personne infectée, du matériel infecté servant au tatouage ou au piercing. Par un ou des rapports sexuels non protégés avec une personne infectée.

• Comment la reconnaître ?
Par des signes de fatigue, un teint ou les yeux jaunes mais en général, çà ne se voit pas.

• Comment savoir si on l'a ?
Par une prise de sang.

• Comment se protéger ?
Par l'emploi du préservatif
Par la vaccination : elle se fait en plusieurs fois (3 injections espacées pour être bien protégé) et pensez au rappel tous les 5 ans. Cette vaccination est remboursée par la Sécurité Sociale. Attention, cette vaccination ne protège pas des autres MST et des autres hépatites.

Laisser un message dans le livre d'or