Livres : Armistead Maupin 1

LES CHRONIQUES DE SAN FRANCISCO Tomes 1 et 2
Les mésaventures mythiques
d'une tribu loufoque

Armistead Maupin, Chroniques de San Francisco et Nouvelles Chroniques de San Francisco,
10/18, Domaine étranger, 2000, 381 et 377 p.

On connaît San Francisco à travers nos lucarnes et les images d'Epinal que les écrans blancs impriment, fugaces, dans nos imaginaires. Une baie tarabiscotée où pénètre la ville à cheval sur d'innombrables collines embrumées que dévalent des serpents d'asphalte; un pont titanesque, pourpre derrière le fog; des bicoques d'un autre temps, en rangs d'Oignon d'où dépassent des gratte-ciel plus typiquement américains.... Le décor est planté. San Francisco, Frisco pour les intimes, petite Europe chez l'Oncle Sam, est une ville à part qui méritait son Iliade.

C'est un Homère bien local qui s'est attelé à la tâche. Dès 1976, Armistead Maupin, entreprend un feuilleton sur sa cité pour le compte du San Francisco Chronicle. "Tales of the city" est né. Succès rapide et international. Forte du bouche à oreille et d'une critique unanime, l'oeuvre de Maupin n'est arrivée sous nos latitudes que très récemment. C'est donc avec soulagement et bonheur qu'il faut accueillir sa sortie en 10/18.

Que sont ces Chroniques de San Francisco? Les raconter, à défaut d'être possible, serait un blasphème littéraire. En fait, par définition, l'ouvrage est épisodique. Il n'y a donc pas, à proprement parler, d'histoire, mais le quotidien fabuleux d'une galerie multicolore de personnages tous plus attachants les uns que les autres. Cette série est un imbroglio d'anecdotes et d'aventurettes rassemblées les unes aux autres par une tribu de personnalités qui partagent un même toit, le 28, Barbary lane, adresse à retenir pour qui aime les bons mots et les bons moments. La maîtresse du lieu est un poème à elle seule; la mystérieuse et charismatique Mme Madrigal, sorte de Grand Schtroumpf bienfaisant qui met un point d'honneur à accueillir des locataires triés sur le volet par un joint de bienvenue cultivé et roulé "maison". Autour d'elle, de jeunes gens, hétéro ou homo, un peu les deux parfois, babas ou bourges, se rencontrent, s'entrechoquent, s'aiment, s'embarquent dans des aventures que ne croiraient pas les plus naïves bécassines!

Et pourtant, on y croit! Armistead Maupin dessine d'une plume de maître une quatrième dimension loufoque où les rebondissements les plus inattendus rythment la lecture et la retiennent. Lâcher un volume avant sa fin est en effet un crève-coeur! En finir un exige son prochain. C'est la narration fluide et l'humanité sans fausse note des différents protagonistes qui séduisent avant tout. Le portrait exotique d'une ville pourtant fameuse, Atlantide haute en couleurs qui attend son Big One, s'ajoute au crédit de ce que l'on peut appeler un monument de la littérature contemporaine.

Zola eût-il vécu en Californie de nos jours, qu'il aurait pu écrire ces contes urbains. Entre soap opéra, sitcom et roman social, les Chroniques de San francisco sont un véritable chef-d'oeuvre dont la légèreté désaltère sans éviter les questions plus graves sur notre modernité.

Bourrés d'humour, de tendresse, de suspense aussi, ces deux premiers volumes d'une série qui en compte six, sont un régal de littérature. Armistead Maupin, également auteur d'un roman stupéfiant sur les us et coutumes angelines (Maybe the Moon, Passage du Marais, 1999), livre, avec un art du dialogue qui force l'admiration, une épopée moderne, à la fois excentrique et juste qui fait aimer une ville et ses indigènes, à la fois étranges et pas si différents de nous.

LES CHRONIQUES DE SAN FRANCISCO Tomes 3 et 4

De Vuitton au Seigneur des anneaux

Armistead Maupin, Autres chroniques de San Francisco,
10/18, septembre 2000, 381 p.

Le 28, Barbary Lane voyage! Plus au nord, plus à l'Est, dans les contrées hostiles de l'Alaska ou les rues exotiques d'un London branché et "so British", les héros farfelus et attachants sortis de l'imaginaire humain et tendre d'Armistead Maupin nous reviennent pour des aventures encore plus abracadabrantes.

Cette smala adorable, toute une bande devenue, au fil des pages des deux précédents volumes, nos propres copains, Babycakes, Mouse, Mme Madrigal, Jon et les autres, rejoints par quelques spécimens nouveaux, poursuit ses pérégrinations en dehors de la Bay Area.

Mais ne vous inquiétez pas! Les brumes tenaces couronnant le fameux bridge, la folie gay du Castro, les touristes du Fisherman's Wharf et les serres du Golden Gate Park restent l'épicentre de drames mi-inquiétants, mi-hilarants. Maupin élargit son horizon en même temps qu'il se crée de nouveaux personnages. Outre-Atlantique, au pays des riches tailleurs, des punks, de la cup-of-tea et des tapisseries à fleurs, ou bien dans le froid d'un Etat américain faisant oublier la douceur californienne, l'auteur des Chroniques de San Francisco imagine deux épopées nouvelles. Dans l'attente impatiente des deux prochains et derniers épisodes (avril et septembre 2001), voici de quoi étancher votre soif.

Dans Autres Chroniques de San Francisco, Mme Madrigal et ses jeunes amis se retrouvent enrôlés dans une intrigue angoissante: le maître d'une secte redoutée enlève les enfants d'une de ses disciples, l'inénarrable Dede, jeune fille rangée transformée en lesbienne baba, lors d'une croisière qu'il passe sous une fausse identité avec la reine des gossips franciscains, la non moins incroyable Prue. Séduite par les traits sauvages d'un simili-bûcheron vivant seul au milieu des fougères du Golden Gate Park, Miss Tabloïds ne se doute pas qu'elle flirte avec un gourou lunatique, échappé d'Amérique du sud où il "suicida" ses adeptes fanatisés.

Mary Ann enquête avec le soutien de Mme Madrigal, de Mouse et du reste de la pension qui, pour gagner du temps, séquestre une journaliste trop curieuse et la calme à force d'hallucinogènes! Quant au père Paddy, prêtre victime de la mode, confident des divas de la Jet Set, digne d'un personnage de Soap, incrédible et hilarant, ses conseils ne seront peut-être pas les plus raisonnables! Et dire que toute cette histoire naît de la perte d'un chien, celui de Prue, le gentil... Vuitton!

Ce nouvel épisode, peut-être un peu moins drôle que les deux précédents, est plus centré sur une seule intrigue, même si des apartés désaltérants et toujours aussi drôles demeurent. C'est toujours avec bonheur que l'on retrouvera nos héros, dans la jungle un peu triste et pâle des années quatre-vingt. Leurs vies ont poursuivi leurs cours, des couples se sont défaits, d'autres se sont formés. La folie et l'exubérance des années soixante-dix provoquent à présent quelques pincements au coeur nostalgiques. Les temps changent.

Babycakes, quatrième épisode des chroniques, aurait pu être sponsorisé par l'ambassade anglaise tant les couleurs britanniques lui donnent le ton. Tout commence avec la venue à San Francisco de la Reine Elisabeth... Simon, jeune militaire anglais, déserte le Yacht royal et trouve refuge au 28, Barbary Lane, grâce aux faveurs de Mary-Ann, devenue star locale du petit écran depuis le coup de théâtre du volume précédent. Elle n'est pas insensible à ses charmes. Il faut dire que le matelot ressemble à son mari Brian! Celui-ci rêve de paternité, espoir impossible; Mary-Ann le sait mais n'ose pas le lui dire.

Cette nouvelle aventure, plus en avant dans les eighties, est marquée par le spectre du SIDA. Michaël, après la perte de Jon, part à Londres consoler sa peine; il y rencontre un jeune Arborigène, homo comme lui. Là-bas, il croit reconnaître Mona à plusieurs reprises et se lance donc dans une enquête. Rien d'extravagant en fait: elle doit épouser un lord gay afin qu'il obtienne sa green card pour s'éclater dans les backrooms de Frisco!...

Que dire d'autre sans dévoiler l'intrigue mais attiser votre faim? Quelques anecdotes made in A. Maupin: Mary-Ann doit couvrir un miracle: Jésus est apparu sur une tortilla! Le Lord anglais, du fait de coquetteries mammaires, se fait appeler par Mouse le Seigneur des anneaux! etc. etc... Tout cela se termine par un royale manucure. Vous n'en saurez pas plus.

 

 

pour être toujours informé des nouveautés, inscris toi dans la mailing-list.